| Actualités

10 février 2021 – Mise à jour du gouvernement provincial face à la pandémie de la COVID-19

Voici un état de la situation quant aux récentes décisions et actions du gouvernement québécois en lien avec la pandémie de la COVID-19.

Évaluation des performances scolaires

Le ministre de l’Éducation, Jean-François Roberge, dévoile les résultats d’une analyse établissant un portrait global de l’état de la réussite scolaire pour les élèves du primaire et du secondaire dans le contexte des bouleversements imposés dans les écoles par la pandémie.

Cette analyse, représentative de la réalité globale pour les élèves du Québec, autant dans les réseaux francophones et anglophones, montre que l’augmentation du taux d’échec est moins importante qu’appréhendée.

Le ministre Roberge mentionne que pour les élèves du primaire, les taux de réussite sont demeurés sensiblement les mêmes si on compare les résultats obtenus l’an dernier avant la pandémie à ceux de cette année.

Au secondaire, les résultats demeurent aussi sensiblement les mêmes, à l’exception des niveaux 3 et 4 où une baisse du taux de réussite est observée en mathématiques, respectivement de 3 % et de 4,2 %.

Pour le ministre, ces résultats confirment que l’apprentissage avec la présence des élèves en alternance en classe n’a pas entraîné une hausse des taux d’échec.

La pondération de deux bulletins plutôt que trois en cette année de pandémie sera de 35 % pour le premier et de 65 % pour le second afin de permettre aux élèves qui ont eu des difficultés en début d’année de mieux performer.

Tutorat renforcé

Inquiet pour les élèves en difficulté, le ministre Roberge annonce aussi une stratégie d’entraide éducative avec la mise en place d’un programme de tutorat.

Les tuteurs et tutrices invité(e)s pour aider les enfants sont des retraité(e)s de l’enseignement, des futur(e)s diplômé(e)s en enseignement et des spécialistes déjà en poste.

« Il ne faut pas penser que la pandémie n’a pas eu d’impact dans nos écoles. Le programme de tutorat sera aussi disponible cet été pour aider les élèves qui en ont besoin », rassure M. Roberge.

Ce sont les écoles qui détermineront quels élèves devront recevoir de l’aide et dans quelles matières.