| Actualités

11 janvier 2021 – Mise à jour du gouvernement provincial face à la pandémie de la COVID-19

Voici un état de la situation quant aux récentes décisions et actions du gouvernement québécois en lien avec la pandémie de la COVID-19.

Situation critique dans les hôpitaux

Le premier ministre du Québec, François Legault, souligne qu’il y a des « décisions difficiles à prendre » dans les hôpitaux pour déterminer les personnes qui seront privées de soins, compte tenu de l’augmentation des hospitalisations liées à la COVID-19 et du manque de personnel de soins dans les hôpitaux.

M. Legault félicite la population pour avoir respecté en grande majorité la mesure exceptionnelle du couvre-feu imposée pour la première fois au Québec, mais il ajoute que si cette mesure est grave, c’est parce que « nous avons une situation qui est grave ».

En ce sens, à titre de premier ministre, M. Legault dit qu’il doit protéger deux groupes de personnes en particulier, soit le personnel soignant et les personnes de 65 ans et plus, qui représentent 80 % des cas d’hospitalisation et 95 % des décès liés à la COVID-19.

« Je ne veux pas stigmatiser les personnes de 65 ans et plus, mais il faut éviter les contacts avec elles », encourage M. Legault, en disant que l’on pourra toutes et tous se reprendre pour les visiter plus souvent qu’à l’habitude durant la deuxième période de l’année, quand la situation ira mieux.

Délestage dans tous les hôpitaux

La demande de soins et de lits pour les personnes infectées à la COVID-19 est telle que tous les centres hospitaliers du Québec sont en mode délestage, ce qui se traduit par des reports de chirurgies, de traitements oncologiques, d’examens et de suivis, explique la sous-ministre adjointe à la Direction générale des affaires universitaires, médicales, infirmières et pharmaceutiques au ministère de la Santé, la docteure Lucie Opatrny.

La sous-ministre Opatrny explique que le réseau de la santé est saturé parce qu’il y a trop de membres du personnel soignant qui sont absents et une augmentation de la demande de nouveaux services liés à la COVID-19, comme le dépistage et le traçage, les cliniques de vaccination et le déploiement d’infirmières et d’infirmiers dans les milieux de vie.

Dans ce contexte, le délestage des cas est de plus en plus difficile : « Malheureusement, certain(e)s patient(e)s risquent d’en subir les conséquences », convient-elle.

Malgré le sérieux de la situation, la sous-ministre précise que le réseau n’est pas encore au point de devoir choisir, à l’entrée, quelles seront les personnes qui seront soignées et celles qui ne le seront pas. « Mais nous nous y préparons sur papier », admet-elle.

140 000 chirurgies reportées

Ces délestages, précise la sous-ministre, entraînent le report pour des mois, voire des années, de 140 000 chirurgies pour toutes sortes de soins médicaux. Avant la pandémie, 114 000 personnes étaient en attente d’une intervention.

Vaccination opérationnelle

Le ministre de la Santé et des Services sociaux, Christian Dubé, note que la vaccination se déroule très bien et que le système en place permettra de réaliser 250 000 vaccinations par semaine dès le mois de février.

La moitié des personnes vivant dans les centres d’hébergement et de soins de longue durée (CHSLD) est déjà vaccinée, de même que le quart des 325 000 personnes dans les réseaux hospitaliers.

La stratégie d’intervention demeure la même pour l’instant, soit celle de privilégier la vaccination du plus grand nombre de personnes et de retarder de quelques semaines l’inoculation de la deuxième dose obligatoire.

Le premier ministre Legault rappelle que cette stratégie est basée sur les recommandations du Comité sur l’immunisation du Québec. « C’est un choix de solidarité pour protéger un plus grand nombre de personnes », dit M. Legault.

Le fabricant du vaccin Pfizer/BioNTech serait opposé à une telle stratégie et songerait à en cesser l’approvisionnement. M. Legault dit que si tel était le cas, il changera la stratégie pour administrer deux doses à l’intérieur de deux semaines, comme recommandé.

Retour à l’école

Le premier ministre Legault répond aux critiques de celles et ceux qui s’opposent à un retour en classe des enfants en disant que « Je pense qu’il y a plus d’avantages que de désavantages de prendre ce risque-là », plaide-t-il, ajoutant que dans ce contexte, c’est encore plus important que les enfants ne voient pas leurs grands-parents, car si les enfants ne sont pas très à risque face à la COVID-19, ils peuvent transmettre le virus.

Santé Québec en panne

Le ministre de la Santé et des Services sociaux, Christian Dubé, dévoile que le réseau Santé Québec subit depuis 48 heures une panne informatique majeure qui n’est pas liée à une cyberattaque, mais au logiciel d’exploitation. Ce système permet au personnel soignant d’avoir accès aux données des patientes et patients, et de consulter les rapports d’imagerie.