| Actualités

12 juin 2020 – Mise à jour du gouvernement fédéral face à la pandémie de la COVID-19

Voici un état de la situation quant aux récentes décisions et actions du gouvernement canadien en lien avec la pandémie de la COVID-19.

La Croix-Rouge en renfort
Ce sont des membres de la Croix-Rouge canadienne qui prendront le relais des militaires pour prêter main-forte dans les centres d’hébergement et de soins de longue durée (CHSLD) à compter du 26 juin, et ce, jusqu’au 15 septembre.

Le premier ministre du Canada, Justin Trudeau, explique que les membres des Forces armées canadiennes ont été déployés en urgence, mais qu’il n’a jamais été question que leur intervention soit utilisée à moyen ou à long terme.

« Il y a eu une amélioration dans les CHSLD. Nous travaillons avec la Croix-Rouge canadienne qui enverra des gens bien formés et bien payés dans les CHSLD, jusqu’au 15 septembre », assure M. Trudeau.

Prise de la température corporelle des voyageurs aériens
Le gouvernement canadien imposera la prise de la température corporelle dans les aéroports, à l’embarquement des avions en prévision de la reprise progressive des liaisons aériennes domestiques, transfrontalières et internationales.

Le premier ministre Trudeau précise que cette nouvelle mesure contre la propagation de la COVID-19 s’ajoutera à la distanciation physique et du port du masque. Elle est déjà en vigueur dans plusieurs pays.

« La prise de température des personnes qui veulent prendre l’avion sera un élément additionnel pour encourager les gens à rester à la maison s’ils sont malades ou s’ils ont des symptômes de la COVID-19 », soutient-il.

Cette mesure est nécessaire avec la réouverture de l’économie, alors que plus de gens recommenceront à voyager. « Il s’agit d’un autre moyen raisonnable afin de faire tout ce que l’on peut pour protéger les Canadiennes et Canadiens », dit-il.

Aide aux personnes handicapées
Le premier ministre Trudeau assure qu’il trouvera un moyen d’offrir l’aide ponctuelle de 600 $ non imposable aux personnes handicapées qui ont subi des « dépenses supplémentaires à cause de la pandémie », malgré le refus du Parlement canadien d’entériner le programme annoncé.

« On essaie de trouver une manière différente de le réaliser », assure le premier ministre.