| Actualités

15 février 2022 – Mise à jour des gouvernements provincial et fédéral face à la pandémie de la COVID-19

Voici un état de la situation quant aux récentes décisions et actions des gouvernements provincial et fédéral en lien avec la pandémie de la COVID-19.

Retrait graduel du passeport vaccinal

Christian Dubé, ministre de la Santé et des Services sociaux, et Dr Luc Boileau, directeur national de santé publique par intérim, annoncent que l’imposition du passeport vaccinal sera graduellement retirée au cours des prochaines semaines, d’ici le 14 mars 2022.

« Le contexte de la pandémie ayant évolué de manière favorable, on doit commencer à se préparer à apprendre à vivre avec le virus. Nous retirons l’utilisation du passeport vaccinal de manière prudente et graduelle, en ne fermant pas la porte à un retour de ces mesures si nécessaire. Pour l’instant, nous avons une marge de manœuvre qui nous permet d’envisager un retour à une vie plus normale », souligne Christian Dubé.

Étapes du retrait du passeport vaccinal

16 février 2022 :

Le passeport vaccinal ne sera plus obligatoire pour accéder aux commerces de grande surface (1 500 mètres carrés et plus), ainsi qu’à la Société des alcools du Québec (SAQ) et à la Société québécoise du cannabis (SQDC).

21 février 2022 :

Il ne sera plus nécessaire de le présenter pour accéder aux lieux de culte et pour assister à des funérailles.

14 mars 2022 :

Il ne sera plus nécessaire de le présenter dans les lieux suivants :

  • CHSLD, RPA et ressources intermédiaires ;
  • Restaurants et bars ;
  • Cinémas et salles de spectacles ;
  • Casinos ;
  • Événements publics et assemblés ;
  • Lieux de loisirs et centres récréatifs ;
  • Salles d’entraînement ;
  • Spas et saunas ;
  • Salles louées pour des rassemblements privés.

Le gouvernement n’exclut pas d’imposer le passeport vaccinal à nouveau, advenant le cas d’une sixième vague.

Notons qu’au-delà du 14 mars, le passeport vaccinal continuera d’être obligatoire selon les exigences du gouvernement fédéral pour les voyages domestiques à bord de transport ferroviaire et aérien et lors de voyages à l’étranger pour respecter les exigences en matière de déplacements internationaux.

Changements aux mesures frontalières

Le gouvernement du Canada annonce une série de modifications aux mesures frontalières.

« Le retour des tests aléatoires obligatoires pour tous les voyageurs vaccinés facilitera les voyages pour tous les Canadiens tout en aidant les autorités de la santé publique à détecter les changements futurs relativement aux taux d’importation de la COVID19 et aux variants préoccupants. Comme nous l’avons toujours dit, les mesures frontalières du Canada demeureront souples et adaptables selon les scénarios que nous pourrions rencontrer à l’avenir », mentionne Jean-Yves Duclos, ministre de la Santé.

À compter du 28 février 2022 :

Le programme de surveillance du dépistage obligatoire sera assoupli pour les voyageuses et voyageurs vaccinés :

  • Celles et ceux qui arrivent au Canada en provenance de n’importe quel pays et qui sont considérés comme entièrement vaccinés seront choisis au hasard pour le dépistage à leur arrivée. De plus, les voyageuses et voyageurs ne seront désormais plus tenus de rester en quarantaine en attendant le résultat de leur test ;
  • Les enfants de moins de 12 ans qui voyagent avec des adultes considérés comme entièrement vaccinés seront toujours exemptés de la mise en quarantaine, sans condition. Par exemple, elles et ils n’auront plus à attendre 14 jours avant de pouvoir fréquenter l’école, la garderie ou un camp ;
  • Les voyageuses et voyageurs non vaccinés devront toujours se soumettre à un test à leur arrivée et au jour 8 de leur séjour ainsi qu’à une quarantaine de 14 jours. Les ressortissants étrangers non vaccinés n’auront pas la permission d’entrer au Canada à moins de répondre à l’une des quelques exemptions.

Concernant les tests de détection rapide :

  • Les voyageuses et voyageurs auront la possibilité d’utiliser le résultat d’un test de détection rapide des antigènes de la COVID-19 (effectué le jour avant leur vol ou leur arrivée à la frontière terrestre ou par voir maritime) ou le résultat d’un test de dépistage moléculaire (effectué au maximum 72 heures avant leur vol ou leur arrivée à la frontière terrestre ou par voir maritime) pour répondre aux exigences préalables à l’entrée ;
  • Il ne suffit pas d’effectuer un test de détection rapide des antigènes au domicile pour répondre aux exigences à l’arrivée : il doit être autorisé dans le pays dans lequel on se l’est procuré, et il doit être administré par un laboratoire, ou un organisme de la santé, ou par des services en télésanté.

Concernant les conseils de santé aux voyageuses et voyageurs :

  • Le gouvernement du Canada ne recommandera plus aux Canadiennes et Canadiens d’éviter les voyages à des fins non essentielles ;
  • Le 28 février 2022 à 16 h (HNE), l’avis aux navigateurs aériens (NOTAM) de Transports Canada limitant où les vols internationaux transportant des passagères et des passagers pouvant arriver au Canada prendra fin. Cela signifie que les vols internationaux transportant des passagères et des passagers auront l’autorisation d’atterrir dans tous les autres aéroports canadiens qui sont désignés par l’Agence des services frontaliers du Canada (ASFC) pour recevoir des vols de passagères et passagers internationaux.