| Actualités

16 septembre 2020 – Mise à jour du gouvernement provincial face à la pandémie de la COVID-19

Voici un état de la situation quant aux récentes décisions et actions du gouvernement québécois en lien avec la pandémie de la COVID-19.

Difficulté d’intervenir dans les maisons

Le premier ministre du Québec, François Legault, rappelle que le principal problème actuel avec de la propagation de la COVID-19 est la contagion transmise dans les maisons et qu’il n’est pas simple d’intervenir cette situation.

M. Legault rappelle que nous vivons dans une société de droit et que les policiers ont besoin d’un mandat pour entrer dans une maison. Il explique que le gouvernement est en discussion avec la Sécurité publique et le Directeur des poursuites criminelles et pénales (DPCP) pour évaluer les options. « On n’exclut rien à ce moment-ci. »

Il en va de même pour les manifestations anti-masques qui se répètent depuis quelques semaines et qui réunissent des centaines et même des milliers de personnes. Le premier ministre admet que ces manifestations le dérangent, mais que ce n’est pas simple d’intervenir ou de les interdire. Il note, à titre d’exemple, que deux personnes qui vivent ensemble peuvent être collées dans le cadre de ces manifestations et que c’est tout à fait légal.

Le gouvernement n’exclut toutefois pas de trouver une façon de les empêcher en fonction de la progression de la pandémie tout en agissant avec prudence.

Comprendre la situation

M. Legault indique que la Santé publique cherche à comprendre comment il se fait que le nombre de cas de personnes infectées progresse au quotidien, mais qu’il n’y ait pas, en proportion, de hausse d’hospitalisations ou encore de décès.

« J’ai parlé aux premiers ministres des autres provinces et ils vivent la même situation. »

Le questionnement des experts en santé publique indique M. Legault, tourne autour du fait que ce sont surtout des jeunes qui sont infectés, mais on se demande aussi si le virus aurait perdu de sa virulence.

Crainte d’une deuxième vague

Le premier ministre du Québec craint une deuxième vague de peur qui le forcerait à fermer des entreprises et à reconfiner les gens. « J’en appelle à la solidarité des Québécoises et des Québécois », insiste-t-il. « Il faut éviter les fêtes de famille et entre amis », insiste M. Legault en demandant aux gens de respecter la limite de 10 personnes dans un rassemblement privé.

Le chef du gouvernement veut à tout prix éviter de devoir fermer de nouveau des entreprises ou les écoles.

« Le virus est très dangereux et il y a des risques de morts, des risques que nous devions fermer des entreprises », rappelle M. Legault alors qu’on vient d’enregistrer plus de 300 personnes infectées par la COVID-19.

Les niveaux d’alerte

François Legault explique que les mesures de restrictions qui accompagnent les niveaux d’alerte (jaune, orange et rouge) seront appliquées au cas par cas dans les régions, et ce, en fonction des éclosions qui s’y produiront et des façons de les contrer.

Il espère toujours qu’aucune région du Québec sur les 8 actuelles qui sont en préalerte (jaune) ne passe à l’orange cette semaine. Il croit qu’il est possible, si les « Québécois font preuve de responsabilité » d’éviter que la deuxième vague de la pandémie fasse des ravages ici.

Les niveaux d’alerte impliquent la réduction du nombre de personnes dans les lieux privés et publics ainsi que la fermeture des bars, des restaurants, des entreprises, etc.