| Actualités

7 janvier 2021 – Mise à jour du gouvernement provincial face à la pandémie de la COVID-19

Voici un état de la situation quant aux récentes décisions et actions du gouvernement québécois en lien avec la pandémie de la COVID-19.

Les règles du couvre-feu

La vice-première ministre du Québec et ministre de la Sécurité publique, Geneviève Guilbault, annonce que les personnes qui se trouvent à l’extérieur de leur domicile, en véhicule ou non, devront faire la démonstration des raisons essentielles pour lesquelles elles qui transgressent le couvre-feu.

Le gouvernement n’émettra pas de sauf-conduits officiels, comme c’est le cas en France, pour justifier de circuler entre 20 h et 5 h à compter de samedi, et ce, jusqu’au 8 février prochain. Il appartient aux personnes elles-mêmes de fournir la preuve qu’elles travaillent dans des services essentiels, notamment en se munissant d’une lettre de leur employeur ou en présentant une carte d’identité prouvant leur engagement dans les services essentiels.

Mme Guilbault explique que pour la grande majorité de la population, le couvre-feu ne changera pas tant que ça leur vie, puisque les gens respectent déjà les directives de la Santé publique. « Mais pour les autres, ça va devenir beaucoup plus difficile de se rassembler. Le message est clair : on reste chez soi », prévient-elle.

Les agentes et agents des forces de l’ordre pourront remettre un constat d’infraction sur-le-champ aux personnes contrevenantes. Les amendes varient de 1 000 à 6 000 $, plus des frais de 542 $.

Exceptions, jugement et discernement

La vice-première ministre indique que « le gros bon sens commande qu’il y ait des exceptions dans l’application du couvre-feu », que ce soit pour aller chercher un médicament à la pharmacie, prêter assistance à une personne ou encore se rendre au chevet d’une personne en fin de vie.

« Les motifs d’urgence sont divers, mais ça va prendre une bonne raison », prévient-elle.

Les policières et les policiers feront preuve de jugement et de discernement pour apprécier chaque cas. Mme Guilbault mentionne l’exemple d’une personne qui se rendrait chez une amie pour garder ses enfants parce que cette dernière part pour l’hôpital.

Parmi les autres exceptions, les propriétaires de chien pourront circuler autour de leur propriété dans un rayon d’un kilomètre pour permettre à leur animal de compagnie de se soulager. Il est aussi possible d’être dehors, sur son terrain, durant le couvre-feu, mais seulement avec les personnes de sa bulle familiale.

Violence conjugale

La ministre de la Sécurité publique rappelle que peu importe l’heure et les circonstances, toute personne qui vit dans un milieu violent ou qui compromet sa sécurité ou celles de ses enfants peut le quitter, couvre-feu ou pas.

Tolérance accrue pour les personnes en itinérance

Mme Guilbault assure que les agentes et agents de police feront preuve de tolérance pour les personnes en itinérance et tenteront de leur trouver un gîte plutôt que de leur remettre une contravention.