Du 12 mars au 24 avril | Expositions

Humidex

Exposition 2016

David Blatherwick

David Blatherwick, artiste et enseignant canadien, a étudié le design à l’Université Ryerson et est titulaire d’une maîtrise en beaux-arts de l’Université du Québec et d’un diplôme de la Skowhegan School of Painting and Sculpture. Son travail de peintre traduit une relation avec la nature : employant la perception de la couleur comme médium, il compose une nouvelle sorte de synthèse fondée sur la relation entre notre culture en constante accélération et notre désir d’en neutraliser les répercussions pour profiter d’un moment de répit.

Indice de chaleur et d’humidité inventé par les météorologues canadiens pour justifier notre incapacité à supporter les mois d’été, l’humidex renvoie dans l’œuvre de Blatherwick à la transposition picturale d’émotions ressenties surtout lors du temps passé en République Dominicaine, où il réside une partie de l’année et où l’intensité culturelle et économique s’ajoute à la chaleur atmosphérique, générant une surstimulation sensorielle qui dépasse la réalité tangible. Son expérimentation directe des paysages et de la nature, mystérieuse et fascinante, se traduit alors par le geste fondamental du pinceau déversant sa couleur sur la toile. La puissance évocatrice de l’œuvre, qui balaye l’opposition obsolète entre figuration et abstraction, réveille l’instinct primaire du spectateur par une sensation de plénitude qui réaffirme le pouvoir de la peinture.

Dans la Salle de projet : MAIZ – Laura Santini

Produits de siècles de manipulation génétique destinée à renforcer leur capacité de survivance au-delà de toute temporalité humaine, les plants de maïs contemporains portent en eux une histoire matérielle et culturelle universelle. À première vue, les maïs de Santini semblent partager la fragilité de cette céréale, dont la récolte assura la survie des premières populations d’Amérique. De plus près, la lourdeur du bronze, matériau résolument classique et occidental, place dès lors la sculpture dans le discours actuel des dichotomies entre cultures passées et présentes, organique et modifié, opacité et fluidité.

Diplômée d’un baccalauréat en histoire de l’art de l’Université McGill et d’une maîtrise en arts plastiques de l’Université de New York, Laura Santini partage sa pratique artistique entre Montréal et l’Italie. Son œuvre se retrouve dans de nombreuses collections publiques et privées à l’international.

Vernissage : Dimanche 13 mars, 14 h