| Actualités

10 novembre 2020 – Mise à jour des gouvernements fédéral et provincial face à la pandémie de la COVID-19

Voici un état de la situation quant aux récentes décisions et actions des gouvernements canadien et québécois en lien avec la pandémie de la COVID-19.

Résurgence de la pandémie

Le premier ministre du Canada, Justin Trudeau, s’inquiète de la résurgence de la pandémie alors que le nombre de cas de personnes infectées à la COVID-19 atteint des records quotidiens.

M. Trudeau appelle les premiers ministres des provinces et les maires des villes à en « faire plus » pour s’assurer de contenir la contagion et à ne pas relâcher les mesures de protection en cours.

Le chef du gouvernement soutient que le fédéral assume son rôle en apportant toute l’aide financière nécessaire aux citoyennes et aux citoyens ainsi qu’aux entreprises pour préserver l’économie canadienne et les emplois.

« La meilleure façon de protéger notre bien-être économique pour les années à venir, c’est de contrôler maintenant [la propagation] de la COVID. », explique le premier ministre.

Encore au moins deux semaines…

Le premier ministre du Québec, François Legault, annonce que les mesures de restrictions en cours selon les zones d’alerte sont maintenues au Québec jusqu’au 23 novembre, car même si le Québec avait réussi à maintenir un plateau du nombre de cas au cours des dernières semaines, il y a une augmentation des cas de personnes infectées à la COVID-19 depuis quelques jours.

M. Legault brosse un tableau des régions pour montrer que si neuf régions, dont Montréal et Québec, font relativement bien, cinq enregistrent des augmentations importantes de cas, soit celles du Saguenay-Lac-Saint-Jean, de Lanaudière, de la Mauricie, du Centre-du-Québec et de la Gaspésie.

Dans ce contexte, les mesures sanitaires, notamment la fermeture des restaurants, des gyms, des bars et des salles de spectacles, ainsi que l’interdiction des sports de contact, sont maintenues pour au moins deux semaines.

« Malheureusement, les indicateurs nous montrent qu’il faut être encore plus prudents. Il n’y a pas de réduction, mais même une augmentation des cas », note M. Legault.

Il espère qu’en poursuivant nos efforts, il sera possible d’annoncer un relâchement des consignes pour les festivités de Noël, mais « il est encore trop tôt ».

Le pire est-il à venir?

En comparant les statistiques par million d’habitants, le premier ministre François Legault montre que le Québec se tire mieux d’affaire actuellement que la plupart des pays d’Europe et les États-Unis.

Il explique que le Québec compte, depuis le 1er septembre, 76 décès par million d’habitants alors qu’il s’agit du double ou du triple ailleurs dans le monde.

Le premier ministre rappelle que si on est infecté(e), qu’on a des symptômes ou encore qu’on a été en contact avec une personne infectée, la moindre des choses, c’est de s’isoler. « J’entends des histoires, c’est très grave. C’est une question de respect et de vie ou de mort pour les autres personnes », ajoute-t-il.

Un vaccin dans quelques mois

Chacun de leur côté, les premiers ministres canadien et québécois rappellent que si la perspective de voir enfin un vaccin efficace être développé permet de penser à la fin de la pandémie, les enjeux de production, de conservation, de transport et d’administration aux personnes infectées font en sorte que le vaccin ne sera pas accessible avant quelques mois pour l’ensemble de la population.

Le ministre de la Santé et des Services sociaux, Christian Dubé, ajoute que la logistique complexe pour recevoir, distribuer et vacciner est déjà planifiée, tout comme l’achat d’imposants congélateurs pour conserver le premier vaccin identifié, qui doit être conservé à une température inférieure à -65 degrés Celsius.

Davantage de tests de dépistage rapide

Santé Canada approuve un nouveau test de dépistage rapide, le BD Veritor, qui permet d’obtenir des résultats en 15 minutes sur un appareil portatif. Quelque 7,6 millions de ces tests seront distribués à travers le pays durant les prochaines semaines. Ils s’ajouteront aux 3,3 millions de tests de dépistage rapide qui ont déjà été distribués au pays.

Ventilation et purificateurs d’air

À l’instar de cet été où le gouvernement a dû faire installer rapidement des systèmes de climatisation dans les établissements de santé à cause des mesures de protection personnelle qui rendaient difficile le travail du personnel soignant, le ministre de la Santé et des Services sociaux, Christian Dubé, assure qu’un plan est en voie d’élaboration pour garantir une meilleure ventilation et purification de l’air autant dans les écoles que dans l’ensemble des établissements du gouvernement.

M. Dubé précise que le gouvernement a déjà mis en marche une évaluation des besoins à la suite de l’avis de l’Organisation mondiale de la santé (OMS) concernant les risques de propagation par aérosol de la COVID-19. « S’il faut agir, on va le faire rapidement […] même si ce sont des mesures dispendieuses », assure le ministre Dubé.