| Actualités

10 septembre 2020 – Mise à jour du gouvernement provincial face à la pandémie de la COVID-19

Voici un état de la situation quant aux récentes décisions et actions du gouvernement québécois en lien avec la pandémie de la COVID-19.

Des amendes prévues dès samedi

Le premier ministre du Québec, François Legault, annonce que les personnes « irresponsables » qui refusent de porter le masque dans les lieux publics fermés et dans les transports collectifs pourront recevoir des amendes dès samedi.

Le Conseil des ministres se réunira aujourd’hui ou demain pour confirmer cette approche coercitive.

Le montant des amendes sera alors connu, mais le premier ministre précise que ces amendes seront suffisamment substantielles pour être dissuasives.

Par solidarité pour tout le monde

Ce changement de stratégie du gouvernement sera appliqué par solidarité pour « l’écrasante majorité » de Québécoises et de Québécois qui respectent les consignes de sécurité sanitaire.

Jusqu’à maintenant, seuls les commerçantes et commerçants s’exposaient à recevoir des contraventions s’ils ne respectaient pas et ne faisaient pas respecter les consignes.

« Il y a malheureusement une petite minorité de gens irresponsables qui mettent à risque les gens vulnérables et le réseau de la santé. Nous avions réussi à réduire le nombre de décès de façon importante au cours des derniers mois. […] Là, on note une augmentation des hospitalisations et des décès. C’est sérieux », insiste M. Legault.

Des contraventions efficaces

Le premier ministre précise que le Conseil des ministres va s’assurer que les contraventions soient établies de manière à « éviter les contestations ».

Ce renforcement vise à éviter que la tendance actuelle se perpétue, alors que le tiers des contraventions émises dans le cadre des mesures d’urgence sanitaires sont contestées devant les tribunaux.

Les quatre paliers d’alerte fonctionnent

Le ministre de la Santé et des Services sociaux, Christian Dubé, constate que l’établissement des quatre paliers d’alerte permet de bien sensibiliser les gens aux risques de contagion, ce qui a entraîné des heures d’attente hier pour les parents et enfants qui ont dû se faire tester dans deux zones en particulier, soit celles de Québec et Laval.

« Des attentes de trois à quatre heures, je n’aime pas ça. On va améliorer le processus et privilégier les tests de dépistage par rendez-vous. On est en train de s’ajuster », réagit le ministre Dubé.

Le ministre remarque toutefois que les zones d’alerte ont permis de sensibiliser les gens. « L’outil de communication fonctionne. »

Alors que de 18 000 à 19 000 tests ont été faits au cours des derniers jours, M. Dubé veut que ces statistiques soient bientôt fournies par région pour avoir une meilleure compréhension des enjeux sanitaires.

Resserrement des règles à prévoir

Si le premier ministre François Legault rappelle qu’il n’est pas question de retourner à un confinement général comme à l’hiver et au printemps derniers, il ajoute qu’on « n’hésitera pas à agir » si nécessaire pour limiter certaines activités, comme l’ouverture des bars ou encore la tenue de karaokés.

Pour M. Legault, la situation de la pandémie au Québec est « toujours sous contrôle, mais il y a une tendance qu’on n’aime pas ».

« On essaie de sensibiliser et de responsabiliser la population. J’ai bon espoir qu’on va arrêter l’augmentation (des cas), mais depuis quelques semaines, il y a une augmentation préoccupante. »

Activités parascolaires

Alors que doivent reprendre lundi toutes les activités parascolaires, que ce soit dans le domaine sportif, culturel ou social, le premier ministre annonce que le ministre de l’Éducation, Jean-François Roberge, dévoilera de nouvelles modalités demain.

Des restrictions pourraient être ajoutées selon les quatre paliers d’alerte de la pandémie. Cette semaine, quatre régions du Québec sont en zone jaune de préalerte.