| Actualités

11 juin 2020 – Mise à jour des gouvernements fédéral et provincial face à la pandémie de la COVID-19

Voici un état de la situation quant aux récentes décisions et actions des gouvernements canadien et québécois en lien avec la pandémie de la COVID-19.

14 G$ pour la communauté

Le premier ministre du Canada, Justin Trudeau, insiste pour que le transfert de 14 G$ qu’il propose aux provinces afin de relancer l’économie de manière sécuritaire serve « aux éléments fondamentaux nécessaires » à la vie des Canadiennes et les Canadiens dans le cadre de la pandémie.

Il entend ainsi que les citoyennes et citoyens aient notamment accès cet automne à des services de garde pour enfants, à dix journées de congé de maladie payées, que le personnel soignant ait accès aux équipements de protection personnelle et que le dépistage ainsi que la traçabilité des personnes infectées soient en place.

« Ça ne sera pas un chèque en blanc aux provinces », prévient et assure M. Trudeau.

Le premier ministre François Legault dit que la santé est de juridiction provinciale et qu’il ne doit pas y avoir de conditions au transfert de ces fonds. M. Legault estime la part du Québec entre 3 et 4 G$.

Le directeur national de la Santé publique, le docteur Horacio Arruda, anticipe que le confinement éventuel imposé si une deuxième vague de contagion de la COVID-19 se produisait à l’automne serait différent de celui que nous avons vécu cet hiver.

« Ce ne sera probablement pas un confinement total, comme ce qui s’est produit », prévoit-il.

La première vague de contagion a permis de tirer de nombreuses leçons, notamment concernant l’impact moins sévère de la COVID-19 chez les enfants. Les services essentiels à maintenir seraient différents.

Les militaires sont nécessaires

Alors que la présence des militaires des Forces armées canadiennes doit prendre fin demain dans les centres d’hébergement et de soins de longue durée (CHSLD) au Québec, le premier ministre François Legault réclame qu’ils restent déployés jusqu’au 15 septembre.

Il ne comprend pas à quelle urgence plus importante les militaires doivent être réaffectés dans le contexte actuel. Il ne comprend pas non plus que 400 militaires soient effectivement déployés dans les CHSLD alors que 350 « les supervisent ».

M. Legault ajoute que le gouvernement a vite fait pour combler la formation de 10 000 nouveaux préposé(e)s qui débute lundi. Entre-temps, la présence de 1000 militaires est nécessaire.

750 M$ pour le tourisme

Le chef du gouvernement québécois annonce un programme d’aide de 750 M$ pour l’industrie touristique et invite en même temps les Québécoises et les Québécois à visiter le Québec cet été.

« Les hôtels sont vides. […] Il nous faut être réalistes, il n’y aura pas de touristes étrangers au Québec cet été », observe-t-il pour justifier le programme. M. Legault convient aussi que, dans ce contexte, ce n’est pas tout le personnel qui pourra être rapidement réembauché.

Réduire les délais dans le respect des règles

Le premier ministre François Legault insiste sur la collaboration des partis d’opposition à l’Assemblée nationale pour faire adopter le projet de loi 61 afin de réduire les délais dans la réalisation de 202 projets d’infrastructures publiques d’une valeur de 14 G$ en deux ans.

M. Legault s’exaspère devant le fait qu’il faut de 4 à 7 ans pour construire un CHLSD au Québec. « Je n’accepte pas ça […] Ça peut se faire en deux ans dans le respect des règles », soutient-il.

Le premier ministre soutient qu’il est possible de réduire les délais sans réduire les exigences.

Le chef du gouvernement rappelle qu’il est important que le secteur public remplace le secteur privé dans un contexte de crise pour maintenir les activités d’affaires et soutenir la relance de l’économie.

Reprise des liaisons aériennes commerciales

Le premier ministre Legault ne sait pas quelle sera la situation en ce qui a trait à la reprise des vols commerciaux pour le tourisme cet été, mais il rappelle qu’ils sont actuellement interdits.

La compagnie québécoise Air Transat a annoncé ce matin qu’elle reprendrait ses vols à compter du 23 juillet prochain.

Le directeur national de la Santé publique, le docteur Arruda, précise qu’« aucune décision n’est encore prise pour le moment » à ce sujet.

Obligation de porter un masque

Alors que plusieurs autorités publiques commencent à imposer le port du masque dans les lieux publics fermés ou fortement achalandés à travers le pays, le gouvernement du Québec préfère le recommander plutôt que l’imposer.

La question se pose pour ici alors que plusieurs experts en santé au Québec réclament que le gouvernement l’impose, notamment dans les transports collectifs, dans la perspective d’une deuxième vague de contagion.

Il en va de même pour la distanciation physique de deux mètres actuellement recommandée au Québec. Le directeur national de la Santé publique évalue la possibilité qu’elle soit réduite de moitié, ce qui faciliterait la reprise des activités de certains commerces, notamment les restaurants.