| Actualités

16 juin 2020 – Mise à jour des gouvernements fédéral et provincial face à la pandémie de la COVID-19

Voici un état de la situation quant aux récentes décisions et actions des gouvernements canadien et québécois en lien avec la pandémie de la COVID-19.

La PCU prolongée de deux mois

Le premier ministre du Canada, Justin Trudeau, annonce la prolongation de la Prestation canadienne d’urgence (PCU) de 2 000 $ par mois pour huit semaines supplémentaires, sans autres conditions.

M. Trudeau explique qu’au moins trois millions de Canadiennes et Canadiens sont toujours au chômage et dans l’impossibilité de trouver un emploi ou de reprendre leur travail à cause de la pandémie, alors que l’économie reprend lentement.

La PCU a coûté 43 G$ pour les trois premiers mois. Le premier ministre espère que la reprise de l’économie et le retour des gens au travail vont faire en sorte que les coûts seront moindres pour les deux mois supplémentaires.

Le premier ministre du Québec, François Legault, aurait préféré que la prolongation soit accompagnée d’incitatifs à trouver un emploi. « J’aimerais imaginer un programme où les gens peuvent conserver une partie de la PCU et garder un emploi », dit-il.

Dans les circonstances, le chef du gouvernement québécois doit réévaluer s’il faut maintenir les primes salariales de 200 $ par semaine pour les travailleuses et travailleurs dans les services essentiels, comme les épiceries, et de 100 $ pour le monde agricole.

La frontière fermée jusqu’au 21 juillet

La fermeture de la frontière canado-américaine est de nouveau prolongée jusqu’au 21 juillet pour tous les voyages non essentiels.

Le premier ministre Trudeau explique que cette mesure a été prise de concert avec l’administration américaine afin de garantir la santé et la sécurité des populations des deux côtés de la frontière.

Retour possible du hockey professionnel

Le premier ministre Trudeau déclare que le gouvernement fédéral est favorable à la proposition de la Ligue nationale de hockey de tenir une saison estivale, pourvu que ce soit accepté par les autorités sanitaires locales.

Trois villes canadiennes sont ciblées pour être la plaque tournante de matchs en vue de la reprise de la saison interrompue par la pandémie.

Tests de dépistage en baisse

Seulement 5 200 tests de dépistage ont été réalisés hier au Québec, soit le plus petit nombre depuis le 8 avril, ce qui incite le premier ministre du Québec à demander un plan pour atteindre et maintenir l’objectif de 14 000 tests quotidiens à effectuer, comme l’exige l’Organisation mondiale de la Santé pour assurer un déconfinement sécuritaire.

« Il faudra une approche beaucoup plus agressive », assure M. Legault. Une campagne publicitaire est aussi considérée.

Retour à l’école en septembre partout au Québec

Le retour en classe sera de nouveau obligatoire au Québec en septembre, annonce le ministre de l’Éducation, Jean-François Roberge, selon de nouvelles règles de fonctionnement.

Les ratios normaux par classe et enseignant seront maintenus pour les niveaux préscolaire, primaire et secondaire.

Les élèves resteront dans leur classe, alors que le personnel enseignant changera de salle.

Un plan B doit être préparé si une deuxième vague forçait un nouveau confinement, afin que l’enseignement à distance soit mis en place si la situation sanitaire se compliquait.

Dépenses et déficit élevés

La pandémie a provoqué une augmentation des dépenses de 6 G$ dédiées à parts égales à la santé et au soutien aux entreprises, ainsi qu’aux travailleuses et travailleurs. De plus, la baisse des revenus pour le gouvernement renverse le surplus anticipé en un déficit d’environ 15 G$, explique M. Legault.

Cela dit, il est hors de question que le gouvernement du Québec ralentisse les investissements et les dépenses.

« Quand il y a un ralentissement économique, c’est au secteur public d’intervenir », rappelle M. Legault. Selon lui, « on va avoir besoin de quelques années avant de revenir à l’équilibre budgétaire ».

Réduire les délais sans réduire les exigences

Le premier ministre François Legault insiste, malgré la mort au feuilleton du projet de loi 61, pour que le gouvernement change ses règles et ses lois afin de réduire les délais de réalisation de projets sans en réduire les exigences.

Il donne des exemples pour les processus d’expropriation ou les études d’impact environnemental où les procédures et les délais sont tels qu’il faut toujours compter en termes d’années avant de pouvoir entreprendre des projets.

« Il faut que ça se fasse plus rapidement », affirme-t-il.

Le Mexique bloque l’arrivée de 5 000 de ses travailleurs

Le décès lié à la COVID-19 de deux travailleurs agricoles mexicains en Ontario a incité le gouvernement du Mexique à bloquer l’arrivée de 5 000 de ses travailleurs au Canada afin de faire la lumière sur ce qui leur est arrivé et garantir la sécurité de ses ressortissants au pays.

Le premier ministre du Canada, Justin Trudeau, comprend qu’il est important de préserver la sécurité et la santé de tous les travailleurs et travailleuses.

« Cette crise est aussi une occasion de réfléchir pour imaginer un système où nous ne serions plus dépendants des travailleurs étrangers pour notre milieu agricole », ajoute M. Trudeau.