| Actualités

1er mai 2020 – Mise à jour des gouvernements face à la pandémie de la COVID-19

Dans le contexte exceptionnel de l’état d’urgence sanitaire actuel, voici un état de situation quant aux récentes décisions et actions des gouvernements canadien et québécois en lien avec la pandémie de la COVID-19.

Le directeur national de la Santé publique, le docteur Horacio Arruda, présente le plan de dépistage massif du gouvernement du Québec, alors que s’amorce lundi le déconfinement progressif.

Le premier ministre du Canada, Justin Trudeau, promet de l’aide financière aux personnes aînées.

Dépistage massif

Après plus de 220 000 tests réalisés au Québec depuis le début de la pandémie, le gouvernement lance un plan de dépistage massif au sein de la population à compter de lundi. La capacité passera de 6 000 à 14 000 tests au quotidien, d’ici la fin de la semaine prochaine.

Cette nouvelle stratégie de dépistage est la troisième à s’orchestrer après celle visant strictement les gens de retour de l’étranger, puis les personnes hospitalisées et vivant dans les centres d’hébergement et de soins de longue durée (CHSLD).

La nouvelle stratégie permettra de tester les personnes dans les milieux de vie (écoles, usines, chantiers, commerces, etc.), les gens hospitalisés, les professionnels de la santé, le personnel et les aîné(e)s en résidences, les personnes symptomatiques à la COVID-19, les premiers répondants et les gens en contact avec des personnes infectées.

Quelque 1 000 tests seront dédiés au dépistage aléatoire dans des zones chaudes et d’éclosion.

Nouveaux types de prélèvements

Afin d’aider le personnel soignant et d’accélérer les prélèvements, la méthode d’expectoration pourrait bientôt être intégrée dans les cliniques de dépistage.

La méthode par crachat permet d’accélérer le nombre de personnes testées, car elle est plus rapide qu’un prélèvement par écouvillon réalisé par une infirmière ou un infirmier.

Le dépistage massif permettra aux gens d’appeler directement soit pour un test ou une évaluation dans les nouveaux centres mis sur pied à cette fin, soit dans les centres désignés de dépistage (CDD) ou dans les centres désignés d’évaluation (CDE).

85 décès en moyenne par jour

Le Québec maintient une moyenne de 85 décès par jour liés à la COVID-19 pour les dix derniers jours.

« Ça ne baisse pas, ça n’augmente pas », mentionne le docteur Arruda. Il précise que cette donnée est la plus fiable. Elle est ajustée au nombre de cas réels par jour plutôt qu’au bilan quotidien qui est déclaré et qui tient compte de décès survenus sur plusieurs jours.

250 000 personnes infectées

Même si le nombre de cas officiellement confirmés de personnes infectées à la COVID-19 est à ce jour de 28 648, le directeur national de la Santé publique calcule qu’il est probable que plus de 250 000 personnes soient infectées au Québec.

La prévalence de la maladie, si on considère qu’environ 3 % de la population est actuellement infectée, porte à un quart de million le nombre de personnes infectées.

Déconfinement… retardé

Le doute persiste sur l’état de contrôle de la propagation de la pandémie en prévision du déconfinement progressif au Québec, particulièrement pour Montréal.

« Nous maintiendrons une analyse de plusieurs variables, dont les six conditions de déconfinement dictées par l’Organisation mondiale de la santé (OMS). Si les hospitalisations et les places en soins intensifs sont en hausse et que les urgences sont débordées, on pourrait revenir en arrière », prévient le docteur Arruda.

Équipement de protection personnelle

Le chef du gouvernement canadien soutient que la priorité actuelle est de fournir l’équipement de protection personnelle au personnel de la santé.

Au sortir de la pandémie, il admet qu’il faudra se questionner pour déterminer comment et à quel point nous devrons être préparés, éventuellement, en prévision d’une nouvelle crise sanitaire comme celle du coronavirus COVID-19.

Armes d’assaut bannies

Le premier ministre Trudeau annonce une modification réglementaire qui bannit désormais l’usage, le transport, l’achat, la possession et l’importation des armes d’assaut militaires au Canada.