| Actualités

22 octobre 2020 – Mise à jour du gouvernement provincial face à la pandémie de la COVID-19

Voici un état de la situation quant aux récentes décisions et actions du gouvernement québécois en lien avec la pandémie de la COVID-19.

Le premier ministre du Québec, François Legault, craint que le pire de la deuxième vague soit encore à venir. Il rappelle que l’Europe a vécu la première vague et la deuxième avant nous. Or, actuellement, les chiffres européens pour le nombre de cas de contagion, d’hospitalisations et de décès sont jusqu’à trois fois plus importants qu’ici.

M. Legault note qu’au Québec, depuis plusieurs jours, la contagion se maintient à environ 1 000 personnes infectées par jour. Elle ne diminue pas malgré les appels de réduction de contacts et tout le resserrement des mesures depuis le 1er octobre.

« Avec 1 000 nouveaux cas par jour, notre réseau de la santé ne peut pas supporter les conséquences (de l’augmentation des hospitalisations) », prévient le premier ministre.

Avec l’hiver qui approche et la saison de la grippe, M. Legault avance que la situation va empirer. « On n’est pas à l’abri de voir au Québec ce qui se passe ailleurs », observe-t-il.

Réduire les contacts

Avec les chiffres actuels de la pandémie, le premier ministre Legault prévient qu’il y a très peu de chances que les mesures de confinement cessent et qu’il y ait réouverture des salles à manger de restaurants, des bars et des gymnases après le 28 octobre. Il en est de même pour les activités sportives.

« Je n’ai pas changé ma résolution; c’est la santé d’abord, tout le reste ensuite. Si on n’arrive pas à contrôler la pandémie, tout le reste prend le bord. J’ai besoin de la collaboration de tous les Québécois et Québécoises », plaide le leader du gouvernement.

La situation actuelle est très délicate. C’est un équilibre fragile, à ses yeux. « Il faut trouver des mesures additionnelles puisqu’après trois semaines, on maintient 1 000 cas par jour », ajoute-t-il. La solution demeure la même selon lui : celle de réduire les contacts sociaux pour réduire la contagion.

Situation dans les CHSLD

Le ministre de la Santé et des Services sociaux, Christian Dubé, se dit toujours inquiet de la situation dans les centres d’hébergement et de soins de longue durée (CHSLD) à cause du haut taux de contagion qui se maintient et dont les conséquences risquent de se répercuter auprès de la population plus vulnérable.

Le ministre Dubé précise cependant que la situation actuelle n’a rien de comparable avec celle vécue au printemps. « Après 50 jours dans la première vague, nous avions 2 700 personnes infectées à la COVID-19 dans une centaine de CHSLD. Au 50e jour de la deuxième vague, il y a 320 personnes infectées dans 40 CHSLD. »