| Actualités

26 octobre 2020 – Mise à jour du gouvernement provincial face à la pandémie de la COVID-19

Voici un état de la situation quant aux récentes décisions et actions du gouvernement québécois en lien avec la pandémie de la COVID-19.

Mesures de restrictions prolongées

Compte tenu de la vigueur de la deuxième vague de la pandémie de la COVID-19, le premier ministre du Québec, François Legault, prolonge jusqu’au 23 novembre les mesures de restrictions qui devaient prendre fin le mercredi 28 octobre.

« On va devoir faire des efforts pour un autre quatre semaines [… Les mesures d’aide financière pour les entreprises obligées de fermer sont également prolongées jusqu’au 23 novembre », décrète le premier ministre.

Même s’il félicite les Québécoises et les Québécois qui, par leurs actions, ont permis de stabiliser autour de 1 000 le nombre de cas diagnostiqués par jour, ce chiffre est encore trop élevé pour la capacité du système de santé publique. « La situation est grave. On ne peut continuer à avoir 10 décès par jour », met en perspective M. Legault.

La mesure prolongée jusqu’au 23 novembre sera réévaluée dans deux semaines si le nombre de cas moyen quotidien sur sept jours se stabilise autour de 500 et que les hospitalisations, de même que les éclosions de contagion sont sous contrôle.

Les élèves de 3e secondaire à l’école un jour sur deux

Après les élèves des niveaux de 4e et 5e secondaire, ce sont ceux et celles de 3e secondaire qui devront se rendre à l’école une journée sur deux à compter de lundi prochain dans les zones d’alerte maximale (rouge), dans le but de réduire la propagation de la COVID-19 dans les écoles.

Le premier ministre Legault explique que, selon la science, la capacité de transmission du coronavirus est plus grande chez les enfants plus vieux que chez les plus jeunes, ce qui favorise les éclosions de cas en milieu scolaire de niveau secondaire.

Amendes et fermetures forcées pour les entreprises délinquantes

Puisque près de la moitié (46 %) des foyers d’éclosion de la COVID-19 est décelée dans les milieux de travail, le gouvernement va renforcer les inspections dans les entreprises afin de s’assurer que les mesures de sécurité sanitaire sont bien appliquées et respectées.

Ce blitz de visites entraînera par ailleurs des amendes pour les entreprises fautives et des fermetures imposées s’il y a récidive, prévient le premier ministre du Québec.

Le chef du gouvernement rappelle que l’enseignement dans les écoles et le travail sont les activités à prioriser, tout en invitant les employeurs à favoriser le télétravail. « Et si le télétravail est impossible, les consignes sanitaires doivent être respectées », insiste M. Legault.

Choisir le moindre mal

Le premier ministre du Québec comprend bien l’exaspération de nombreux dirigeants d’entreprises qui veulent reprendre leurs activités, mais il réaffirme que les fermetures et restrictions doivent être respectées, sous peine d’amendes.

« Nous avons à concilier la balance des inconvénients. On a à choisir le moindre mal », justifie-t-il en réponse à certains exploitants de gyms et de centres d’activités physiques qui veulent rouvrir au plus vite pour le bien-être physique et mental de leurs membres.

« Il faut faire des efforts pour le mois de novembre, avec en tête de pouvoir passer le temps des Fêtes avec des amis », suggère-t-il.

140 000 chirurgies en attente

Le ministre de la Santé et des Services sociaux, Christian Dubé, révèle que depuis la pandémie en mars, 140 000 personnes ont vu leur chirurgie retardée à cause de la surcharge de travail dans les hôpitaux liée à la COVID-19.

Il explique qu’avec 500 hospitalisations liées au coronavirus, il est impossible pour le réseau de la santé de récupérer ce retard, qui en plus va s’amplifier.

En temps normal, 40 000 chirurgies sont réalisées par mois au Québec. Pour rattraper le retard des derniers mois, il faut réaliser de 5 000 à 10 000 chirurgies de plus par mois.