| Actualités

27 avril 2020 – Mise à jour des gouvernements face à la pandémie de la COVID-19

Dans le contexte exceptionnel de l’état d’urgence sanitaire actuel, voici un état de situation quant aux récentes décisions et actions des gouvernements canadien et québécois en lien avec la pandémie de la COVID-19.

Le premier ministre du Canada, Justin Trudeau, confirme la réception des premières demandes de subventions salariales aux employeurs afin de maintenir un lien d’emploi avec leur personnel.

Le premier ministre du Québec, François Legault, annonce la réouverture progressive des écoles primaires et des garderies à compter du 11 mai en province et du 19 mai dans la région métropolitaine de Montréal.

Les établissements de niveaux secondaire, collégial et universitaire reprendront leurs activités à la fin août.

La réouverture graduelle des entreprises sera annoncée demain.

Subvention salariale d’urgence

L’inscription pour la subvention salariale d’urgence du Canada a débuté ce matin. Déjà 10 000 entreprises canadiennes s’en sont prévalues. Le programme garantit 75 % des salaires des employé(e)s.

« Que vous dirigiez un organisme de bienfaisance qui emploie 200 personnes ou une entreprise en démarrage qui emploie 20 personnes, vous pourriez recevoir jusqu’à 847 $ par employé(e) par semaine », avise M. Trudeau.

L’aide est rétroactive au 15 mars et couvre une période de 12 semaines, jusqu’en juin.

Les employeurs commenceront à recevoir la subvention à compter du 7 mai prochain.

Devoir de remboursement

Pour celles et ceux qui auraient bénéficié de la Prestation canadienne d’urgence (PCU) de 500 $ par semaine, le premier ministre Trudeau rappelle qu’il faudra la rembourser si vous bénéficiez de la subvention salariale. L’Agence canadienne de revenu en effectuera le suivi.

Comme il s’agit d’aides d’urgence, M. Trudeau insiste sur l’importance, pour le gouvernement, d’apporter un soutien financier rapide à celles et ceux qui ont perdu leur emploi au risque qu’il y ait des doublons dans les prestations.

 Réouverture des écoles et des garderies

Le premier ministre François Legault annonce, avec l’assentiment de la Santé publique, la réouverture des écoles primaires et des garderies les 11 et 19 mai, si la situation demeure sous contrôle d’ici là.

« Ce n’est pas pour aider à bâtir une immunité collective contre la COVID-19 que la réouverture progressive est considérée, mais pour des raisons sociales spécifiques », précise M. Legault.

Ces considérations concernent les enfants en difficulté d’apprentissage, les risques limités pour la santé des enfants en général face à la COVID-19, la situation sous contrôle dans les hôpitaux, tout comme le fait que la vie doit continuer. Une limite de 15 élèves par classe sera demandée.

 Suivi et protection

« La réouverture des écoles et des garderies sera évaluée de manière à s’assurer que personne ne soit exposé à la COVID-19 », assure M. Legault.

Le docteur Horacio Arruda ajoute que la situation sera suivie de près pour éviter des éclosions. Il n’est pas recommandé aux parents et aux enfants qui ont des prédispositions médicales d’envoyer leur progéniture à l’école.

Un été confiné

Alors que le gouvernement du Québec entreprend doucement une reprise graduelle des activités scolaires et économiques, les consignes de confinement, de distanciation sociale et d’hygiène resteront en vigueur pour l’été.

Aucun rassemblement ne sera permis au cours de l’été, ni dans les parcs, ni pour des rencontres sociales ou encore pour des soupers en famille.

« Les entreprises qui pourront rouvrir, mais qui contreviendront aux règles de distanciation sociale, d’hygiène et de sécurité de leur personnel seront fermées », prévient le directeur national de la Santé publique, le docteur Horacio Arruda.

 L’inconnue : l’immunité

« Tant qu’il n’y aura pas de traitement équivalent à un vaccin, nous devrons demeurer très prudents », avise le premier ministre Trudeau, sur les éventuels processus de déconfinement, car pour l’instant, il n’y a toujours pas de preuve d’immunité.

« Une personne peut avoir eu la COVID-19 et la ravoir. Il faudra faire preuve d’une prudence extrême », prévient-il. M. Trudeau cite en exemple la grippe espagnole, qui avait été mortelle au printemps et encore plus meurtrière à l’automne 1918, pour rappeler les risques de ce type de virus lorsqu’il n’y a pas de cure ou d’immunité possible.

 11 000 nouveaux bénévoles

À la suite du dernier appel d’aide du premier ministre Legault pour obtenir des volontaires pour travailler à temps plein, pour deux semaines, dans les centres d’hébergement et de soins de longue durée (CHSLD), 11 000 personnes ont offert leurs services.

« Je suis confiant que nous pourrons pourvoir tous les postes et que nous pourrons rependre le contrôle dans les CHSLD. Cela me touche beaucoup et ça prend un certain courage. Merci à vous », témoigne M. Legault.

 Aide aux aîné(e)s

Son homologue canadien, M. Trudeau, n’a pas fourni de précisions sur les aides financières possibles à venir pour les aîné(e)s en ajoutant que son gouvernement y travaille et qu’une annonce se fera sous peu.

 Barrages routiers et chalets

Le docteur Arruda a précisé que la levée progressive du confinement avec le retour à l’école et la réouverture graduelle des entreprises marquera aussi la fin des barrages routiers entre les régions.

Il précise qu’une annonce sur l’accès aux chalets sera faite très bientôt, mais que toutes ces mesures sont intimement liées au fait que la situation reste sous contrôle, autant au niveau de la propagation du virus que de la capacité du système hospitalier.

Si ce n’était pas le cas, ces mesures seraient réimposées.