| Actualités

5 février 2021 – Mise à jour des gouvernements fédéral et provincial face à la pandémie de la COVID-19

Voici un état de la situation quant aux récentes décisions et actions des gouvernements canadien et québécois en lien avec la pandémie de la COVID-19.

Vaccins : six millions de doses comme prévu

Le premier ministre du Canada, Justin Trudeau, réassure que les ententes signées avec les pharmaceutiques productrices de vaccins contre la COVID-19 garantissent la réception de 6 millions de doses d’ici le 31 mars.

M. Trudeau dit comprendre l’impatience et la frustration des gens à cause des retards de livraison. « On voudrait que tout le monde soit vacciné d’ici une semaine ou deux semaines. Malheureusement, la production mondiale ne permet pas d’aller à ce rythme-là », convient-il.

«On maintient nos objectifs, soit 6 millions de doses avant la fin mars et 20 millions de doses au printemps. Les Canadiens qui veulent un vaccin vont pouvoir en avoir un d’ici septembre », garantit le premier ministre.

Le ministre de la Santé et des Services sociaux, Christian Dubé, déplore quant à lui la lenteur de la livraison des vaccins par le gouvernement fédéral.

« On ne vaccine presque plus, alors que l’on est prêts à vacciner beaucoup de monde. […] C’est un peu comme si on avait une voiture neuve, bien réglée, puissante et solide, mais qu’on n’avait pas d’essence », illustre-t-il.

En même temps, lors de son point de presse, M. Dubé a appris en direct que le Québec venait de recevoir 38 500 doses du vaccin de Moderna, en plus de 16 500 doses du vaccin Pfizer-BioNTech.

À l’affût des nouveaux variants

 Le ministre de la Santé et des Services sociaux, Christian Dubé, et le directeur national de la Santé publique, le docteur Horacio Arruda, avisent qu’ils sont très préoccupés par les nouveaux variants qui sont plus contagieux, plus dangereux et risquent de causer une mortalité plus importante.

Huit personnes infectées au Québec dans les récentes semaines l’ont été avec le variant en provenance du Royaume-Uni, mais aucun cas n’a encore été décelé avec les variants identifiés d’Afrique du Sud et du Brésil.

« Ça nous inquiète. Il faut être très vigilants », prévient le ministre Dubé.

Pour s’assurer de contrer des éclosions et de fortes contagions avec ces variants plus virulents que la souche originelle de la COVID-19, le gouvernement a développé une stratégie en trois étapes, qui repose sur le dépistage et le traçage, le séquençage et le criblage des virus détectés ainsi que le suivi des personnes en quarantaine.

Se faire dépister rapidement

Le ministre Dubé révèle qu’une personne sur quatre qui se fait tester a tardé à le faire à l’apparition des premiers symptômes. Il invite les gens à se faire tester dès l’apparition de symptômes pour éviter de provoquer des éclosions de contagion. Il invite les gens à répondre aux questions honnêtement et se fait rassurant en mentionnant qu’il n’y a aucune conséquence à dire la vérité sinon d’aider à éviter la propagation du virus.

La même demande est adressée aux parents, surtout pour les enfants qui fréquentent les jardins d’enfants et les écoles.

« Plus on dépiste nos cas positifs rapidement, plus on est capables de les tracer. C’est comme ça que l’on peut contrer le virus », explique M. Dubé.