| Actualités

9 décembre 2020 – Mise à jour des gouvernements fédéral et provincial face à la pandémie de la COVID-19

Voici un état de la situation quant aux récentes décisions et actions des gouvernements canadien et québécois en lien avec la pandémie de la COVID-19.

Premier vaccin autorisé par Santé Canada

Les responsables de Santé Canada ont approuvé aujourd’hui le vaccin de Pfizer/BioNTech contre la COVID-19, permettant ainsi de lancer le processus d’approvisionnement, de distribution et de vaccination au pays.

Le directeur du Bureau des sciences médicales de Santé Canada, le docteur Marc Berthiaume, affirme que le processus d’examen pour son homologation a été rigoureux afin de permettre une évaluation approfondie des données satisfaisant les normes strictes de l’organisation de santé publique canadienne en matière d’innocuité, d’efficacité et de qualité.

L’efficacité du vaccin est établie à environ 95 %. Seul bémol, les données actuelles ne permettent pas de déterminer les effets secondaires à long terme du vaccin ni la durée de la protection contre la COVID-19. Les analyses en cours permettront éventuellement de les déterminer.

Santé Canada conclut que les avantages du vaccin l’emportent sur les éventuels risques à la santé.

Vaccination dès lundi

Le ministre de la Santé et des Services sociaux, Christian Dubé, assure que le Québec est prêt à lancer son opération de vaccination massive qui débutera lundi dans deux centres d’hébergement de soins de longue durée (CHSLD) de Montréal et de Québec.

Quelque 55 000 doses de vaccin seront reçues d’ici le 4 janvier, permettant de vacciner 27 500 personnes. Les personnes vivant dans les CHSLD et les résidences pour personnes âgées (RPA) ainsi que celles qui leur offrent des services et des soins seront les premières à être vaccinées.

Le premier ministre Legault rappelle que 70 % des personnes qui décèdent de la COVID-19 vivent dans les CHSLD et les RPA.

Si l’approvisionnement se fait comme prévu, 6 millions de doses seront disponibles pour vacciner 3 millions de personnes au Québec d’ici le 31 mars. De plus, si les livraisons sont réparties équitablement en janvier, février et mars, M. Legault dit qu’on pourrait vacciner 650 000 personnes en janvier dans les CHSLD et les RPA.

Si tel est le cas, espère M. Legault, « la situation va beaucoup, beaucoup s’améliorer au Québec », car ce sont ces personnes qui sont les plus à risque de développer des complications graves une fois infectées à la COVID-19 et qui se retrouvent à l’hôpital, aux soins intensifs, et qui représentent la majorité des décès liés à ce coronavirus.

Augmenter les contraventions aux personnes récalcitrantes

La contagion de la COVID-19 continue de croître au Québec et le gouvernement adoptera une attitude plus répressive à l’égard des personnes qui ne respectent pas les consignes de distanciation physique, de port du masque, de lavage de mains et d’interdiction de rassemblements.

Le système Alerte Québec a été utilisé cet après-midi pour transmettre un message simultané sur l’ensemble des réseaux de télévision, de radio et les téléphones cellulaires et filaires. Le but est de rappeler les consignes sanitaires à respecter dans le cadre de la pandémie et les conséquences à ne pas le faire.

« L’étape d’avertir le monde est terminée. On est à l’étape de donner des amendes. […] Il n’y aura plus d’excuses », avertit M. Legault.

Les membres des forces de l’ordre ont reçu la directive d’être plus présents et de remettre des contraventions et non plus des avertissements. Les amendes varient de 1 000 à 6 000 $ par infraction par personne.

Le premier ministre explique qu’il est inacceptable qu’une minorité de gens mettent à risque la santé de la majorité des citoyennes et des citoyens.

Fermeture volontaire des entreprises

François Legault rappelle sa demande auprès de toutes les entreprises qui le peuvent de fermer leurs portes et de favoriser le télétravail, du 17 décembre au 4 janvier, pour « casser » la deuxième vague de la pandémie qui est très forte partout dans le monde comme au Québec.

Les hôpitaux sont en mode de délestage, car il y a trop d’hospitalisations et de personnes aux soins intensifs à cause de la COVID-19.

Le confinement… toujours possible

Le premier ministre Legault souhaite ne pas devoir confiner tout le Québec, comme au printemps, alors qu’on nageait dans l’inconnu, se rappelle-t-il, ce qui n’est plus le cas, et qu’il est possible de contrôler l’ampleur de la contagion.

Pour cela, dit-il, il faut que la population respecte les consignes. « C’est un défi mondial. Vous le voyez un petit peu partout dans le monde. Le nombre de cas, d’hospitalisations et de décès est élevé. »

Le directeur national de la Santé publique, le docteur Horacio Arruda, explique le phénomène de relâchement, ici comme ailleurs dans le monde, par une fatigue généralisée par rapport aux mesures sanitaires.

« Si les gens respectent les consignes, il n’y aura pas de problème. Mais si les gens ne les respectent pas, il va falloir aller plus loin (avec les mesures de confinement). Ce sont les Québécoises et les Québécois qui ont la solution », rappelle le premier ministre.

Financement de la santé

La rencontre de tous les chefs de gouvernement des provinces et territoires avec le premier ministre du Canada, Justin Trudeau, sur le financement de la santé aura lieu demain. M. Legault, à titre de président de la Conférence des premiers ministres, entend de nouveau réclamer une hausse substantielle de la contribution récurrente du gouvernement fédéral au financement des systèmes de santé des provinces.