| Chroniques environnementales

Le nerprun cathartique et le nerprun bourdaine

Le nerprun cathartique et le nerprun bourdaine sont deux végétaux exotiques envahissants, présents à Pointe-Claire. Ces arbustes ont été introduits en Amérique du Nord au 19e siècle et se développent facilement dans tous les types de sols, qu’ils soient humides ou secs. On les retrouve dans les forêts ou dans les champs, autant à l’ombre qu’au soleil. Pour garder un contrôle sur ces plantes, il est important de savoir reconnaître ses caractéristiques.

La taille des nerpruns cathartiques et bourdaines est d’environ 1,5 mètre, tandis que leur tronc fait 25 centimètres de diamètre. L’écorce est lisse et brillante et se distingue par ses petites lignes horizontales (lenticelles). L’intérieur de l’écorce est orangé.


Écorce de nerprun cathartique : Leslie J. Mehrhoff, Université du Connecticut, Bugwood.org

Le nerprun cathartique a de petites épines à l’extrémité de ses rameaux. Ses feuilles ovales présentent une pointe recourbée. Elles sont finement dentées et comportent trois à cinq nervures secondaires.


Feuilles de nerprun cathartique : Leslie J. Mehrhoff, Université du Connecticut, Bugwood.org

Le nerprun bourdaine n’a aucune épine. Ses feuilles sont ovales et ont les côtés lisses ou légèrement ondulées. Leur taille est variable. Elles comportent six à huit nervures secondaires de part et d’autre de la nervure centrale.


Feuille de nerprun bourdaine : Chris Evans, Université de l’Illinois, Bugwood.org

Un voisin envahissant

Le nerprun est nuisible à la biodiversité environnante. Ses feuilles font de l’ombre aux espèces végétales indigènes et empêchent leur croissance. Il affecte de plus la composition du sol, ce qui est néfaste pour la survie des arbres. Ces plantes se propagent facilement et envahissent plusieurs zones jusqu’à y devenir l’unique espèce. En mangeant ses fruits et en rejetant ses graines un peu partout, les oiseaux et les petits mammifères favorisent sa propagation. Les graines peuvent demeurer dans le sol jusqu’à cinq ans. Il faut donc effectuer un contrôle répétitif pour éradiquer cette espèce.

Cet été, un entrepreneur fera la gestion des nerpruns dans le parc naturel Terra-Cotta. Il coupera l’espèce envahissante et la remplacera par des plantes indigènes. Les propriétaires qui retrouvent ces plantes sur leur terrain peuvent suivre ces deux méthodes pour s’en débarrasser :

  • La gestion des petites plantes (moins de 1 mètre) peut s’effectuer en les arrachant avec leurs racines (dans un rayon horizontal de 2 à 3 mètres). Cette gestion doit être faite avant l’arrivée des fruits.
  • Pour les arbres plus matures (avec un tronc de 5 centimètres de diamètre ou plus), il s’agit de couper l’arbre et de faire un suivi répétitif afin de couper tous rejets de souches qui se formeront par la suite.

Des vêtements protecteurs (gants, manches longues et pantalons) sont suggérés lorsque vous taillez le nerprun cathartique, puisqu’il a des épines. Avant de déposer la plante dans le bac pour matières organiques, assurez-vous de retirer tous ses fruits et de les faire sécher dans un sac de plastique noir.


Baies de nerprun cathartique

 

Références :